Avertir le modérateur

mardi, 27 mars 2012

CHRONIQUE D'UN CONCOURS EN AFRIQUE DU SUD

LE « CLASSIC WINE TROPHY AU CAP » : RESULTATS 

Lire la suite

THE CLASSIC WINE TROPHY


L'ANCIEN RUGBYMAN PIETER DE VILLIERS:UN PILIER DU CONCOURS

Par Ricardo Uztarroz

 LE CAPE, mars 2012 - Il a arrêté le rugby il y a maintenant 4 ans. Malgré le temps qui a passé, il semble physiquement aussi affûté que lorsqu'il malmenait les lignes d'avants adverses. Il suffirait qu'il revête le maillot tricolore, qu'il baisse la tête, pour que ça reparte comme en 2007, lors du plus homérique et légendaire des matches contre les All Blacks à Cardiff, en quart de finale de la coupe du monde, sans doute avec la finale d'Aucklands contre les mêmes de 2011.


 

DeVilliers.JPG

Pieter de Villiers (Source Wikipedia)

« Que non, que non, dit Pieter de Villiers, le plus français des Sud-Afrciains, ou l'inverse (c'est au choix), avec cette humilité qui le caractérise. Aujourd'hui, je ne serai pas capable de tenir dix minutes. C'est irréversible, quand on arrête, il n'est plus possible de revenir au niveau. » Son 1,84 m et ses 110 kg dissimulent un homme modeste et affable.

Curieux destin que le sien qui, bien que natif d'un pays qui est une puissance mondiale de l'Ovalie, descendant d'une vieille famille huguenote de souche française, l'a conduit à être un des piliers, au propre comme au figuré, du XV de son pays d'adoption, la France Il a cumulé 69 sélections chez les Bleus et porté pendant 14 ans d'affilée le maillot du Stade français à son époque de gloire.

Quand il débarqua à Paris, tout jeune, il ne savait pas en dépit de ses racines un mot de la langue de Molière. Aujourd'hui, bien malin serait celui qui pourrait remarquer que Pieter de Villiers n'a pas fait la communale sur le sol hexagonal. Qu'est-ce qui l'a poussé à venir tenter sa chance dans l'Hexagone, alors qu'il n'était qu'un inconnu et que certainement une grande carrière l'attendait sous les couleurs sud-africaines, en France?

La réponse fuse : « J'ai voulu aller en France tout simplement parce que c'est une grande école de piliers. »

Aujourd'hui encore, Pieter de Villiers est un pilier, mais un pilier dans un tout autre registre. Depuis trois ans, il est un des piliers du jury du Classic wine trophy, le plus important concours oenologique d'Afrique du Sud, organisé par un viticulteur français installé depuis 17 ans dans ce pays, Christophe Durand.

Après avoir raccroché les crampons, il s'est mis à mener une triple vie. En France, avec une bande de copains rugbymen, il a des parts dans deux domaines à Faugères, le Mas Angel, et le Montgros, tout en biodynamique qui donnent des vins, dit-il en souriant, « plus fins que ne le sont les rygbymen. »

 

Pieter de Villiers pilier du Classic Wine Trophy.jpg

Pieter de Villiers au Classic Wine Trophy

En Afrique du sud, il mène avec son frère un projet immobilier sur des terrains familiaux, situés à une heure au nord du Cap en voiture, à Uzer Fontein (la fontaine de fer), un petit village sur le littorral atlantique de la péninsule du mythique Cap de Bonne Espérance (qui fut aussi un temps nommé les Cap des Tempêtes). « Le village se situe juste à la charnière entre une côte sauvage, houleuse, rocheuse, et une plage de sable fin blanc de 30 km », précise-t-il.

Enfin, dans son pays natal, il entraîne une équipe locale d'amateurs, les Villagers (toutes les équipes de rugby en Afrique du sud portent des noms : les Sharks de Durban dans laquelle joue Michalak, les Stromers du Cap, etc...). Le XV qu'entraîne Pieter de Villiers évolue en 1ère division de la région du Cap et a de bons résultats. En plus de cette équipe, il s'applique à former des piliers.

Serait-il tenté de faire la même chose avec une équipe française? « C'est pas à l'ordre du jour, répond-il. Mon projet immobilier est ma priorité. Après... qui sait? »

Naturellement, avec lui, on ne peut pas manquer d'évoquer les prestations du XV tricolore dans le Tournoi des Six nations. Le France-Irlande a été pour lui un beau match, chacune des équipes ayant eu sa mi-temps, un match équilibré qui a permis de constater qu'il y avait un esprit chez les Bleus et aussi un pack avant volontaire, combatif.

Quant au tant attendu France-Galles, « ce sera la finale, estime-t-il. Si je mets mon coeur de côté, je donne un léger avantage aux Gallois dont l'équipe actuelle et le résultat d'un long travail de fond de quatre ans. Pour autant, il faut pas donner l'équipe de France battue d'avance. Il y a de l'honneur et de la volonté en elle ce qui peut déjouer les pronostics* » 

Concernant la finale de la coupe du monde, il dit « qu'au vu du match, la France aurait mérité la victoire mais en regard de leur parcours les All Blaks n'ont pas volé la leur. »

Avis qu'on ne peut que partager quand on aime le rugby, car l'amour de ce sport implique le respect de l'adversaire. Vive la tradition de la 3° mi-temps!

 

Ricardo Uztarroz et Pieter de Villiers.jpg

Pieter de Villiers et Ricardo Uztarroz au Classic Wine Trophy

* nb : cet entretien avec Pieter de Villiers a été avant la courte défaite de la France face à l'Angleterre , dimanche 11 mars.

 

jeudi, 08 mars 2012

CHRONIQUE D'UN CONCOURS EN AFRIQUE DU SUD

OUVERTURE  DU CLASSIC WINE TROPHY AU CAP:SOUS LE SIGNE DE LA RENOVATION

Lire la suite

dimanche, 04 mars 2012

Pérégrination de Deux singes en hiver en Australie

DE LA FACETIE TECHNOLOGIQUE A L'AUBAINE D'UN CHAUFFEUR DE TAXI


Lire la suite

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu