Avertir le modérateur

jeudi, 31 mai 2012

LES SINGES EN HIVER EN CHINE

QUAND GRACE MANQUE D’ ELEGANCE


 

UNE VISITE AU DOMAINE DE GRACE VINEYARD EN CHINE QUI TOURNE MAL

Claude Gilois 


Oiseaux de même plumage volent en compagnie’.

Miguel de Cerventes

 

Quand un importateur français de vins du monde, accompagné d’une  équipe de journalistes chinois visitent  un domaine quasiment inconnu sur la scène internationale,  on pourrait penser que cela va créer une certaine effervescence. Même  si le déploiement du tapis rouge n’est pas l’usage dans le monde du vin,  les domaines  aiment  quand même bien mettre les ‘petits verres  dans les  grands’.

 

Pas au domaine de Grace.

 

Nous quittâmes l’hôtel à Beijing par un matin couvert comme c’est si souvent le cas dans cette ville où la  pollution atteint des tels  niveaux  qu’elle  empêche le soleil de transpercer la couche de polluants même en milieu de journée. S’il y a bien quelque chose qui mette les Singes de mauvaise humeur c’est de se lever tôt le matin pour prendre un avion. Mais le Domaine de Grace  n’est pas la porte à coté et se trouve dans le province du Shanxi à 2 heures d’avion au sud  de Beijing. il faut dire que le réseau aérien fonctionne bien en Chine et on vole sur des Boeing ou des Airbus, pas comme en Ukraine  où la performance pour se déplacer consiste à essayer d’éviter Illiouchine, Tupolev et autre Antonov. 

Une fois arrivé sur place, il fallut  embarquer dans un taxi délabré pour arriver au domaine car  en dehors des sentiers  battus, c'est-à-dire des grands centres urbains chinois, vous vous retrouvez vite dans la Chine rurale pauvre et  sans grand confort. Le trajet  coûta  au scribe l’équivalent d’ un Euro supplémentaire sur la course normale  pour le lève vitre qui lui resta dans les mains  quand il  voulu s’offrir un peu d’air frais  durant le trajet.

 

Grace Vineyard a été créé en 1997 et 120 hectares  furent plantés en cépages français, principalement du cabernet sauvignon . Ses premiers vins furent commercialisés en 2001. Il produit aujourd’hui 1,2 millions de bouteilles dans quatre régions viticoles distinctes.

 

05_IMG_7206.jpg

Villa du propriétaire du domaine de Grace

Nous étions particulièrement satisfaits d’être reçu un dimanche car en général  c’est mission impossible  dans n’importe quels vignobles du monde. La visite s’avérerait prometteuse car le  domaine, bien qu’en travaux, semblait plus sortir d’une  région viticole bien établie que du fin fond de la Chine profonde. Et puis, une bouteille goûtée la vieille  dans un hôtel, dont la sélection n’ avait rien à envier aux plus beaux hôtels palaces du monde,  nous avait particulièrement séduit  par sa finesse, son raisin bien mur, sa belle allonge de bouche et surtout  ses douze degrés et demi d’alcool.

Nous dûmes vite déchanter après  quelques politesses d’usage un peu plus longues que celles dont nous sommes habituées dans la vieille Europe. On nous  montra un vignoble dont la charge en raisin était telle que les grappes traînaient sur le sol. La dégustation allait s’avérer courte car seuls les entrées de gamme nous furent présentés. Des vins sans intérêts pour un importateur de vins fins. Quand je demandai  de nous faire déguster les autres vins on me répondit qu’il n’y en avait pas. J’insistais auprès de ma traductrice chinoise qui, elle-même, fit pression sur les journalistes. Palabres interminables… ouf…. on nous ramena  deux nouveaux vins, un blanc et un rouge … tout aussi inintéressants que les précédents. Nous avions eu le droit à ‘un encore’   mais  la séance  était maintenant définitivement terminé. Rideau, lumière, circuler, il n’y a plus à voir ou devrais-je écrire à   boire. Oh que nenni !! .. pas pour le vieux Singe. Tel un Don Quichotte sur sa Rossinante  je repartis encore une  fois à l’assaut de ces grandes cuvées élusives qui ne semblait si proches mais aussi si lointaines.  J’en avais quand bien vu (et bu) une de ces bouteilles la veille au soir. Etais-ce mon  imagination débordantes  ou un delirium tremens aigu  qui m avait frappés la vieille au soir ? Ma  traductrice  une sorte de    Sancho Panza asiatique s’ évertua à  calmer mes  ardeurs pour ces ‘moulins  à eau alcoolisée’ car elle craignait un esclandre capable de me causer un rupture d’anévrisme et, plus grave pour elle sans doute,   un  sandale diplomatique entre la France et la Chine.    Pour me calmer sans doute on me donna l’adresse   d’un de leurs magasins à Shangai où l’on m’assura que je pourrais goûter à loisir tous les vins que je voulais. Nous restâmes donc sur note faim d’autant plus que l’on nous offrit même pas la moindre petite collation avant de reprendre la route. Mais comme vous le savez, les Singes sont  des chameaux et peuvent  parcourir des distances considérables  sans remplir leur réservoir. Cela les dispense de vidanger et leur fait gagner du temps  Par contre, quand il s’arrêtent là il faut craindre le pire. Et les Singes,  c’est dans le pire qu’ils sont les meilleurs.

 

Rendez-vous fut donc pris à Shanghai dans un magasin luxueux qui ne vendait que les vins du domaine de Grace. Imaginez-vous un caviste ouvert avec un seul domaine pour remplir ses casiers. Du délire où il y a quelques chose qui nous a échappé en Chine !!  Barzingue !! On nous fit comprendre que si on voulait goûter les vins il fallait les payer et….  plein pot.

Mes ardeurs  ayant été quelques  tempérées  par un magnifique déjeuner de Dim Sum arrosé de vin jaune à base de riz d’une  rare qualité, j’évitai bien d’enfourcher encore une fois ma Rossinante pour me lancer à la conquête du graal vineux chinois devenu beaucoup trop elusif  d’autant plus que ma Sancho Panza asiatique avait posé sur moi un regard plus que dissuasif.

Nous abandonnâmes la dégustions en cours de route, le portefeuille allégé d’une centaine d’Euros  mais satisfait quand même d’avoir obtenu les coordonnées du PDG, Judy Leissner  car,  elle, vivant au Etats Unis, allait connaître tout   des us et de coutumes du  monde du vin.

De retour en France    je lui  fis  un courriel lui  donnant  les détails de nos visites en lui réaffirmant notre intérêt pour la distribution de ses vins en France et en lui demandant de nous fournir les échantillons  qui nous n’avions pas pu goûter tout en offrant de régler le port et le dédouanement, c'est-à-dire la majeure partie des coûts.

 

La réponse nous parvint deux  jours  plus tard. Elle était lapidaire  :

‘ Nous sommes ravis de l’intérêt que vous portez au domaine de Grace mais ce n’est pas la politique du domaine de fournir des échantillons’

 

judy leissner.jpg

Judy Leissner

Si le domaine de Grace  Vineyards veut un jour jouer dans la cour des grands, il lui  faudra se mettre au diapason des usages dans la profession, ne serait-ce  que pas courtoisie et par respect pour les  personnes qui lui rendent visite.

 

A BON ENTENDEUR...…

 

PS : Aux dernières nouvelles, la grande cuvée du domaine est maintenant embouteillée dans un bouteille de couleur bleu  indigo…Le domaine avait  donc déjà choisi le marketing plutôt que le vin et le partage qui va de pair.  Nous n’étions visiblement pas, dès le départ, sur la même longueur d’onde…. !! Oiseaux de même plumage  volent en compagnie !!

 

don-quijote-de-la-mancha1.jpg

 

  

   

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu