Avertir le modérateur

mardi, 20 novembre 2012

VINS ETRANGERS CULTES

VEGA SICILIA UNICO (Ribera del Duero, Espagne)


Claude Gilois

 

unico label.jpg


Créé en 1864, Vega Sicilia est un des plus anciens domaines de la Ribera del Duero. La cuvée Unico ne doit pas son  statut de vin culte à sa  rareté  car le domaine produit 100,000 bouteilles par an. Il le doit , en partie aux notes du célèbre critique américain Robert Parker, mais sans doute plus encore au mode de commercialisation du domaine qui ne met ses vins  sur le marché que quand ils ont  atteint un niveau de maturité suffisante pour être consommé avec plaisir  par le client. Il faut donc souvent  attendre de  10 à 15  ans, voire plus,  avant la mise sur le marché. En 1991, Vega Sicilia mit à la vente  le 1968 et le 1982  soit respectivement 23 ans et 9 ans après la vendange. Et puis le domaine possède de très vieilles vignes dont certaines ont des rendements très faibles, une tonne par hectare ou moins. Cette cuvée peut donc atteindre des sommets dans certains millésimes.

 

vega sicilia vineyards-1.jpg

Vignoble de Vega Sicilia

Dans cette région  où le cépage Tempranillo est roi, il est surprenant de trouver chez Vega Sicilia une assez forte proportion de cépage bordelais ( 40%) dont 25% de cabernet sauvignon. La cuvée Unico contient en général 80% de tempranillo et 20% de cabernet sauvignon.   On doit cette proportion importante de cépages bordelais, (malbec, merlot, cabernet sauvignon) à Eloy Lecanda, le fil du premier  propriétaire de cette  ferme  de 2900 hectares  achetée en 1848. Eloy, qui avait fait des études d’œnologie à Bordeaux, importa  des cépages bordelais à son retour au pays qu’il fit planter sur la propriété. 

La région de la Ribera del Duero est une DO (Ribera del Duero Denominacion de Origen), au climat continental avec des influences océaniques. Un ensoleillement moyen  de 2200 heures,  une pluviométrie de 500 mm et la proximité de la rivière Duero créent  des conditions   idéales pour une viticulture de qualité et sans irrigation. Le domaine s’étend sur 100 hectares au bord de la Duero  et 30% de la production entrent dans la composition de l’Unico. Le vignoble de Vega Sicilia se situe sur des sols argileux calcaires à forte proportion alluvionnaire.  

Le domaine possède aussi sa propre tonnellerie  et les fûts sont faits à partir de douelles de bois américain séché à l’air libre pendant trois ans. Les élevages sont très longs et durent sept ans pour l’Unico. Les vins passent de fûts neufs en fûts usagers avant d’être stockés dans des tonneaux  jusqu’à ce qu’ils soient mis en bouteille. 

Ce n’est qu’en 1915 que la cuvée Unico fut créée. On créa aussi le deuxième vin du domaine, Valbueba.  A cette époque, les vins n’étaient pas commercialisés mais offerts  à la noblesse et à la bourgeoisie espagnoles. 

C’est en 1982 que David  Alvarez propriétaire de la société de services Eulen (nettoyage et sécurité), qui emploie 90,000 personnes en Espagne,   racheta  le domaine, l’année même où la Ribera del Duero allait acquérir le statut de DO . Il  placa un de ses sept fils, Pablo, un personnage  affable et discret ,  à la direction . Le rachat du domaine ne provoqua pas de changements notoires dans le personnel  et Mariano Garcia fut confirmé en tant qu’œnologue où il officia jusqu’en 1996 (1966-1996) avant de créer, avec ses fils, le domaine de Mauro juste à l’extérieur de l’appellation  Ribera Del Duero. A son départ, il fut remplacé par Xavier Ausás.   Pascal Chatonnet, universitaire et  copropriétaire du Château Haut Chaigneau  fut recruté comme consultant  fin des années 1990. 

Les Unico de Vega Sicilia sont uniques, certains les décrivent comme atypiques, voire même baroques. Il contraste avec la modernité des Pingus de Peter Sisseck de la même région.  Il y a des millésimes  grandioses comme le 1962, 1968, 1970, mais certains autres  peuvent aussi  être parfois décevants dans les années difficiles comme en 1987 et 1993 ; la région est sujette à des variations climatiques non négligeables  d’une année sur l’autre. Dans les années 1980 et 1990, l’acidité volatile était parfois élevée et les corrections d’acide avant la mise en  bouteille dissociaient l’acidité du vin et il fallait attendre  quelques  années avant que tout cela se fonde.

Depuis l’arrivée de Pascal Chatonnet au domaine  les vins sont plus purs, mieux équilibrés, moins boisés et  plus modernes.

 

En début des années 1990, Vega Sicilia, comme un certain nombre de domaines français et étrangers, allait être victime de contamination par les   chloroanisoles [1].  Ces  composés chimiques  donnent le  goût de bouchon aux vins. Le problème ne sera découvert qu’en 1999 avec la sortie du Valbuena 1994 qui montrait un taux de contamination anormalement  élevé. Vega Sicila décidera de prendre à sa charge le retour des Valbuena contaminés. Ce sera sa seule concession. La grandeur d’ âme s’efface vite devant les réalités commerciales. 

Il faudra reconstruite l’intégralité du chai et changer toutes  les barriques. Pas une mince affaire. Le  remplacement  des barriques usagées par des barriques neuves aboutira à un sur-boisage en particulier sur les millésimes1994 et 1996. A partir de  1999, on ne retrouvera plus le goût de des chloroanisoles dans  les vins sortis après cette date mais certains affirment que les   vins ont perdu de leur éclat et qu’à l’ouverture prolongé il se forme une substance d’apparence colloïdale.  On peut penser que Vega Sicilia a ‘nettoyé’ les vins car les chloroanisoles  ont une affinité pour  le polyéthylène et se fixent sur cette substance lorsqu’elle est introduire dans une barrique ou une cuve .  Quant aux vins sortis avant 1999, on retrouve un  taux anormal de vins contaminés sur les millésimes 1991 et 1990 en particulier. 

 

Depuis quelques années, les vins ont retrouvé leur lustre avec des  boisés plus discrets et moins intenses.

 

dvid alvarez.jpg 

David Alavarez

Aujourd’hui, le domaine Vega Sicilia  est proie à un conflit d’actionnaires d’une rare violence qui oppose David Alvarez, 83 ans et deux de ses fils,  d’un côté, et les cinq autres fils,  de l’autre. Tous sont membres du conseil d’administration de Eulen à qui appartient Vega Sicilia. David Alvarez a été démis de ses fonctions fin 2010,  il semblerait illégalement puisqu’il  possède 51% des actions à lui seul. L’affaire a donc été portée en justice et David Alvarez entend bien  reprendre le contrôle de son groupe et changer la composition du conseil d’administration pour introduire sa société  bourse . Prochain jugement février 2012. A suivre donc….  

 

vega-sicilia-pablo-alvarez.jpg

Pablo Alavarez 



[1] Ce sont les solutions à base de Pentachlorophénol utilisées pour nettoyer les bois de charpente qui serait le principal facteur de contamination. Non seulement ces solutions contiennent de chloroanisoles comme impuretés mais l’humidité présente dans les chais favorise la développement de moisissures résistantes aux solutions de nettoyage et qui favorisent le développement des chloroanisoles.  Ces substances communiquent  à l’ atmosphère un goût de moisi qui se retrouve éventuellement dans les vins, lors deS transferts ou des sous-tirages.     

 

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu