Avertir le modérateur

mardi, 21 mai 2013

LE LU, LE BU , LE VU

1. L’ITALIE PREND DES MESURES INEDITES CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

2. DU FOOTBALL A LA VIGNE : IL N’Y A QU’UN PAS



Claude Gilois

L’ITALIE PREND DES MESURES INEDITES CONTRE LE RECHAUFFEMENT CLIMATIQUE

J’évoquais,  dans un article  sur les conséquences du  réchauffement climatique,  que la législation sur l’irrigation dans certains pays de la vieille Europe allait devoir changer. C’est désormais chose faite en Italie. Par un décret législatif paru le 19 avril 2013, l’ Italie autorise l’irrigation des vignes (là où elle  n’est pas spécifiquement interdite par  la réglementation locale) dans les cas de sécheresses et de chaleurs intenses dans les régions classifiées DOC, DOCG et IGT qui couvrent toutes les principales régions viticoles de l’Italie. 

Ce décret fait suite à une série de millésimes particulièrement chauds et secs comme   le millésime 2012 qui  est décrit par beaucoup comme  un ‘annus horribilis’ et que l’on compare au millésime 2003, l’année de la canicule en Europe. 

Comme c’est souvent le cas, c’est Angelo Gaja qui est monté le premier  au créneau en déclarant  ‘ la sécheresse et les températures caniculaires ont provoqué une baisse importante des rendements en 2012.  Ces conditions difficiles ont aussi provoqué une baisse de production dans les millésimes 2007, 2008 2009 et  2011 si bien que l’on est passé d’une  situation de surplus à un déficit qui devient déjà chronique. Le début du millénaire a connu certaines des années les plus chaudes depuis le début de l’enregistrement des températures.

C’ est la  Toscane et le Brunello qui ont souffert le plus et cela reflète l’extrême hétérogénéité du terroir de cette région. Pour les producteurs qui ont les meilleurs terroirs comme Laura Brunelli (distribué en France par Valade et Transandine), la qualité du fruit est excellente mais  Laura concède que, si la législation l’avait permis, elle aurait irrigué en 2012.

Les régions de Barolo et Barbaresco, plus au nord, n’ont pas été épargnées non plus  ces dernières années. 2007 et 2009 sont dans l’ensemble des millésimes chauds alors que 2008 est plus classique. 2009 est même très décevant en dans la région de la Mora à Barolo. Monforte et Serralunga  s’en tirent mieux mais les vins dans l’ensemble échappent au classicisme piémontais.

Les pays d’ Amérique du Sud ont prouvé que l’on pouvait faire des grands vins tout en irriguant les vignes même si l’irrigation a tendance à niveler la qualité des millésimes. Dommage car  la variation des millésimes est une des  grandes forces de l’ Europe viticole d’autant plus qu’il  il faut prévoir un généralisation de l’irrigation  dans les pays les plus chauds d’Europe. 

DU FOOTBALL A LA VIGNE : IL N’Y A QU’UN PAS

L’emblématique manager du club de Manchester United, qui a pris sa retraite à la fin de la saison 2013, veut se reconvertir dans le vin. Après 27 ans à la tête des Mancuniens et avec  le plus beaux palmarès de tous les temps comme entraîneur, Sir Alex, anobli par la reine en 1999,  raccroche ses crampons à 72 ans.

Sa passion pour les vins  est bien connue et on sait qu’il aimait partager quelques verres à Old Trafford avec les entraîneurs des équipes visiteuses quels que  soient les résultas mais il faut bien dire que Sir Alex a plus eu l’occasion de célébrer des victoires que des défaites.  

C’est après avoir perdu le titre de champion d’ Angleterre en 2010 contre son grand rival Manchester City que Sir Alex a avoué son penchant pour  le vin en déclarant ‘J’avais besoin de quelques verres pour me calmer et me remonter’. Il est vrai que cette année-là, Manchester City avait raflé le titre de champion d’Angleterre au nez et à la barbe de Manchester United en obtenant in extremis une victoire sur Queen’s Park Rangers lors de la dernière journée du championnat.

Notre futur vigneron a l’air d’être  un fin connaisseur et  ses goûts en la matière sont plutôt élitistes. Son penchant pour les belles bouteilles le pousse plutôt vers  la vieille Europe et vers la France tout particulièrement mais le connaisseur est éclectique . Dans une interview  à la  Gazzetta dello Sport  il déclare ‘ La France fait les meilleurs vins mais l’Italie a aussi ses fleurons’. Et il ajoute ‘ Je suis un fan de Tignanello d’Antinori mais aussi d’Ornellaia, Sassicaia et des Brunello di Montalcino. Je préfère les vins deToscane mais je ne crache pas non plus sur les grands piedmontais’. Et il y a aussi le Penflofs Grange, le Concha y Toro Don Melchior, l’ Argentine avec ses Malbec et la Napa avec le Screaming Eagle’.

Il en est même allé jusqu'à conclure un accord commercial avec Concha Y Toro et n’hésite pas à comparer  certains joueurs à des vins. Pour lui, le célèbre footballeur Christano Ronlado ( un ex Mancunien aujourd’hui au Réal Madrid ) c’est   Petrus 1961. C’est vrai qu’il  n’est pas mauvais le Ronaldo…ballon au pied. Quant à son caractère c'est autre chose...

On sait déjà que le vignoble de Ferguson se situera en France et qui est prêt à débourser 2 millions d’Euros. Il hésite cependant entre un vignoble de superficie modeste mais dans une grande appellation ou un vignoble plus conséquent mais dans une appellation plus modeste. A suivre donc… 

 

 

 

 


18:27 Publié dans Gaja | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu