Avertir le modérateur

mardi, 28 janvier 2014

LE BU LE LU LE VU

1. DEUX GLOBE TROTTERS A LA DECOUVERTE DES VIGNOBLES DU MONDE, DES PLUS CONNUS AU PLUS INSOLITES

2. LA CALIFORNIE EN PROIE A  UNE SECHERESSE SANS PRECEDENT


DEUX GLOBE TROTTERS A LA DÉCOUVERTE DES VIGNOBLES DU MONDE, DES PLUS CONNUS AU PLUS INSOLITES

Heureux qui comme Ulysse a fait un beau voyage ou comme celui-là qui conquit la toison et est retourné , plein d’usage et raison, vivre entre ses parents le reste de sont âge.

 

Joachin du Bellay

C’est avec cette citation que l’on pourrait peut-être le mieux résumer, à ce stade, l’ambitieux  projet de Jean-Baptiste Ancelot et Ludovic Pollet qui viennent d’embarquer pour  un tour du monde de 92 pays où l’on recense de la culture de la vigne. Certes les grands pays viticoles sont connus mais qui sait que l’on on fait de la culture de la vigne en Namibie, en Zambie, en Ethiopie, à Hong Kong, en Corée du Sud ou même plus près de chez nous au Danemark et en Suède.

C’est au début de leur périple que je les ai rencontrés au Cap en Afrique du Sud où ils vont consacrer 23 jours à la viticulture sud-africaine. Puis ce sera au tour de la Namibie qui jouxte l’Afrique du Sud à l’ouest. Le projet auquel Jean-Baptiste Ancelot  a donné le nom de Wine Explorers est prévu pour durer 3 ans et demi. Il n’est pas exhaustif car quelques régions viticoles majeures ont été volontairement laissées de coté comme la Californie (au profit de régions des USA moins connues comme l’Utah, le Nouveau-Mexique ou la Pennsylvanie) et la viticulture des îles est un peu le parent pauvre dans ce périple (même s’ils en visitent six : Canaries, Réunion, Maurice, Jersey, Martinique et Tahiti…). Mais tout de même si nos 2 compères vont au bout de leurs aventures, ils auront sans doute réussi le plus beau parcours viticole jamais réalisé.

 

L’équipe est plus étoffée que l’on pourrait le penser au départ car à nos deux globle-trotters s’ajoute Amandine Fabre qui pilote le comité de dégustation ( nos deux globe-trotters se faisant envoyer des échantillons des vins les plus représentatifs pour qu’ils soient ensuite redégustés par un comité de professionnels). Et puisqu’il faut bien une logistique pour tout cela ils se sont adjoint le support de Stéphane Diné, ami épicurien et membre de la compagnie de transport DB Schenker.  Auriane Beloud s’occupe aussi de la planification, de la recherche de vignobles et de la communication.

L’homme du vin dans ce partenariat c’est Jean-Baptiste Ancelot qui malgré ses 28 ans a une solide expérience dans le vin, ayant été, entre autres, ambassadeur de la marque Chapoutier aux USA et directeur export de la maison Ferraton Père & Fils. Ludovic Pollet, c’est l’homme de l’image bardé d’un appareil photo dont on pensait qu’il n’existait  plus depuis le numérique et qui galère pour prendre une photo avec un iphone (pour info Ludovic n’a pas de téléphone et il utilise un boitier Canon 5D Mark III, un appareil de pointe). C’est rassurant de savoir qu’il existe encore des pros dans ce métier.  Quand on leur faire remarquer que le voyage, certes ça  forme la jeunesse mais que cela aussi  coûte un bras ( même si à leur âge  un plancher vaut presque un lit) ils sont plus évasifs mais après tout, ça c’est leur cuisine et la cuisine ils comptent bien la goûter, chaque fois que cela sera possible, chez l’habitant pour partager un peu de chaque culture locale et réduire les coûts. Ils auraient déjà un an et demi de financement devant eux… de quoi voir venir, surtout quand on a derrière des sociétés comme DB Schenker, Videlot et Diam. Quant à la finalité de leur périple, au-delà du plaisir de l’expérience personnelle qu’ils  en retireront, ils admettent que cela non plus n’est pas totalement bouclé. Il y aura, bien sûr, une collection d’images, de films et sans doute de l’écriture  qui se limite pour l’instant à leur blog (http://blog.wine-explorers.net) et leur site Internet (www.wine-explorers.net).

 

Souhaitons bon vent à nos Globe Trotters en leur rappelant qu’il n’est pas utile de prendre des risques inconsidérés pour voir quelques pieds de vigne et boire un canon.

unnamed.jpg

Jean-Baptiste Ancelot (à gauche) et Ludovic Pollet

 LA CALIFORNIE EN PROIE A  UNE SÉCHERESSE SANS PRÉCÉDENT

 

 

C’est sans doute la sécheresse la plus importante qu’ait connu la Californie depuis plusieurs décennies et les autorités ont déclaré la totalité de la Californie en état  d’alerte pour faire face aux  pluies les plus faibles depuis 119 ans dans certaines parties de l’état. 

 

Dans la région de Paso Robles il est tombé 60 mm de pluie en 2013 alors que la pluviométrie est habituellement aux alentours de 360 mm. Les sols sont secs, les nappes phréatiques au plus bas, les puits les moins profonds sont à sec et les relations entre les agriculteurs et les résidents commencent sérieusement à se détériorer.

La région  de Carneros au sud à cheval sur la Napa et la Sonoma est aussi particulièrement affectée avec une baisse encore plus conséquente de la pluviométrie qu’à Paso  Robles ( 60 mm au lieu de 510 mm). Les chances d’une pluviométrie significative sont quasi nulles en janvier. Il n’y a plus qu’à espérer des pluies abondantes en février et un mois de mars miraculeusement pluvieux. Ce n’est pas impossible et on vu dans le passé de telles situations.

La sécheresse est particulièrement difficile dans les régions où l’on utilise l’eau pour combattre le gel comme dans la région de Carneros alors que les régions de la Napa plus au nord comme Stag’s Leap wine district qui ne sont pas affectées par le gel s’en tirent mieux et les effets sur les vins devraient être moins marqués.

Tous les viticulteurs ne seront pas logés à la même enseigne  face à la sécheresse. Certains des riches  domaines de la Napa ont des systèmes de récupération d’eau au cœur même des vignobles qul leur permettent de stocker  les pluies d’hiver pour les réinjecter dans les vignobles pendant la saison sèche. Certains des vignobles, ceux  sur coteaux en particulier, sont de toute façon en situation chronique de stress hydrique comme le vignoble d’Hillside Select de Shafer et les vignes sont bien adaptées pour ces conditions adverses. Par contre, les vignobles des régions moins prestigieuses qui privilégient les rendements plutôt que la qualité risquent d’être en grande difficulté si la situation ne s’améliore pas mais il ne faut pas oublier que la Californie a été bénie ces deux dernières années par des conditions particulièrement favorables avec des quantités abondantes et une grande qualité de raisins. 

article-2362006-1AC8E8A7000005DC-861_634x436.jpg


Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu