Avertir le modérateur

mardi, 03 juin 2014

VEGA SICILIA

VEGA SICILIA : LE TOYOTA DU VIN ?


Claude Gilois

La comparaison peut sembler peu flatteuse pour Vega Sicilia, l’un des fleurons de la viticulture mondiale, mais, en fait, elle est peu flatteuse pour Toyota car la première maque mondiale de véhicules n’a pas vocation à faire de la haute couture comme Vega Sicilia que l’on aurait  plutôt  tendance à comparer à Audi, Mercedes voire même Rolle Royce pour les Unico et les Reserva Especial.

Alors que Toyota rappelle des millions de véhicules, Vega Sicilia retire du marché 100,000 bouteilles dans son domaine de Pintia 2009 et  annonce, par la voix  de son directeur général, Pablo Alvarez, que le millésime d’Alion 2010 ne sera pas non plus mis sur le marché (plus de 600,000 bouteilles). La raison est toute simple indique Mr Alvarez: ‘c’est une erreur de clarification des mous dans le processus d’élaboration du vin’.

Je n’adhère aux théories du complot mais quand même, à une époque où les grands vins ne sont plus clarifiés ou filtrés pour qu’ils gardent toutes leurs saveurs, la pilule est un peu difficile à avaler.  La probabilité que deux domaines différents fassent la même boulette sur deux millésimes différents et  qui porte sur plus de six cents mille bouteilles est très faible et à ma connaissance aucune tête n’est tombées pour sanctionner une telle bévue. 

Bien sur, poursuit Pablo Alvarez :’cela a été une décision difficile à prendre mais nous devons montrer le respect le plus absolu pour nos clients et nous avons agi au mieux de leurs  intérêts’.

Magnifique, majestueux,  magnanime, seigneurial,  sublime, grandiose… la grande classe s’époumoneront les aficionados des domaines de Vega Sicilia. 


Quand est-il vraiment ?

Décidément l’histoire se répète pour Vega Sicilia,  déjà obligé de retirer son Valbuena 1994 du marché parce le domaine de Vega Sicilia,  qui possédait des chais en bois avait été contaminés par les traitements des charpentes, traitements qui  produisent des molécules de TCAs (2,4,6-tricloroanisole), en tout points similaires à celles qui contaminent le vins avec le fameux ‘ goût de bouchon’. En fait, très peu de marchands renvoyèrent le Valbuena au domaine et il est très facile de trouver ce vin sur les marchés internationaux. Tout le monde à l’époque avait salué la noblesse du geste de Pablo Alvarez digne d’un grand chevalier des temps modernes. L’ histoire révélera plus tard une autre facette moins noble  et montrera que  dans le monde d’aujourd’hui. le chevaleresque a ses limites et qu’il se heurte vite aux dures lois  du profit.

Si le Valbuena était contaminé alors pourquoi pas le Vega Sicilia Unico et Especial  et pourquoi pas Alion puisque le domaine avait aussi des chais en bois. ?. La question était légitime. Mais non, mais non, nous assura-t-on car, comme pour le nuage de Chernobyl qui s’était arrêté au frontières françaises, la contamination s’était arrêtée au Valbuena et n’avait pas touché les  Vega Sicila,

Pourtant dans les deux années qui suivirent, le retour clientèles sur les bouteilles de Vega Sicilia Unico était anormalement élevé pour ‘cause de bouchonnage’ et il devenait évidant que le Valbuena n’avait pas réussi à contenir les TCAs comme la frontière française l’avait si bien fait pour le nuage de Chernobyl. Mais le domaine resta muet sur cette proportion anormalement élevée de ‘bouchonnage’ que l’on devait retrouver su le domaine d’Alion particulièrement en 1995.

Les élevages à Vega Sicilia sont très longs parfois dix ans ou plus et une contamination   pouvait prendre  l’ampleur du catastrophe et pas seulement financière pour le domaine. Qu’advint-il de toutes ces bouteilles et barriques de Vega Sicilia contaminées. Les vins qui avaient été mis sur le marché furent bus ou finirent dans l’évier, d'autres circulent encore sur les marchés. Et les barriques ?  Il est plus que probable, voire même certain qu’elles furent 'nettoyées', soit par filtration ou par adsorption des molécules de TCAs sur des films plastiques. On doute que le vin placé dans de telles conditions en soit sortie totalement indemne.

Alors un train peut-il en cacher un autre ? L’expérience avec la contamination au TCAs peut abonder dans ce sens. S’il y a un problème à Pintia et Alion en ce moment ne serait-il pas possible qu’il y ait le même problème à Vega Sicilia…??

L’histoire souvent se répète surtout quand les mêmes en sont les acteurs. Mais là on change de dimension et les intérêts en jeu ne sont plus les mêmes.

ADDENDUM:

Pascal Chatonnet est un oenologue de réputation mondiale et a récemment mis  en  évidence la présence de  TCAs  dans les barriques de chêne. Certains éléments dans les analyses  de son laboratoire Excel laissent à penser que la phase de séchage naturel et de maturation du merrain  seraient la source de l’apparition des TCA’s. Pascal Chatonnet est aussi consultant depuis de nombreuses années pour le domaine Vega Sicilia et le domaine possède sa propre tonnellerie. De  là à voir des relations entre ces divers éléments, il y a un pas que nous ne franchirons pas.

 

 

 

 

 

 

.

 

 

 

Commentaires

Merci pour ces explications, c'est tout de même incroyable cette histoire, surtout quand on pense au nombre de bouteilles qui ne vont jamais être vendues.

Écrit par : Bourgogne Escapades | vendredi, 06 juin 2014

Quand est-il vraiment ?

Demain ? Ce soir ? Qu'en dites-vous ?

Écrit par : Ro.Lo | jeudi, 07 août 2014

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu