Avertir le modérateur

mardi, 07 juillet 2015

L'OLIVERAIE DE LUN, CROATIE

UNE OLIVERAIE MILLENAIRE SAUVAGE 

Lun-Novalja-Ile de Pag- Dalmatie-Croatie-Juin 2015

 

 


Claude Gilois

 Photos: Stephan Macchi, Chef français et personnalité de Television vivant en Croatie

Une fois n'est pas  coutume, c'est l'olive  et non pas le vin qui sera le sujet de la chronique de votre scribe.  Mais  l'olivier  est à l'arbre ce que le vin est à  la boisson, le nec plus ultra, qui symbolise la paix, la force, l’éternité et la sagesse et qui est une plante iconique dans la liturgie  chrétienne  citée plus de mille fois dans les textes bibliques.

Située près du petit port de pèche de Lun sur l’ile de Pag, c'est la plus grande oliveraie sauvage d'un seul tenant  du bassin de la méditerranéen. L'Israël et la Grèce, deux des berceaux de la production d'olives, ne peuvent s’enorgueillir  de posséder un tel joyau même si on trouve le plus vieil  olivier en Crète d’ un âge  estimé entre 3000 et 5000 ans.

C'est sur cette terre aride et pauvre en bordure de l'Adriatique  en Dalmatie, cette partie de la Croatie truffée d'iles qui fait penser à une peau de leopard, que sont apparus les premiers oliviers  de cette oliveraie il y environ  3000 selon les estimations des archéologues  et  l'âge du plus vieil arbre de  est approximativement de 2000 ans. On a recensé plus de 100 arbres millénaires sur ce site extraordinaire classé jardin botanique depuis 1963 et sous haute protection jour et nuit.

L'âge est estimé d'une manière empirique bien connue des archéologues, paléontologues et autres spécialistes de la datation des arbres. On en mesure la circonférence que l'on divise par deux car l'arbre croît en cerneaux. Comme on connaît la croissance annuelle de l'arbre on peut facilement déduire son âge. 

Olivier-2000-Ans-Angelika-.jpg

Le plus viel arbre de l'Oliveraie 

 

Ce colosse d'une circonférence de quatre mètres croît à la vitesse d’un mm par an, il a donc approximativement 2000 ans. On estime la mage d’erreur de cette technique à 10% soit deux cents ans. 

Dans la religion catholique c'est la colombe qui apporte un rameau à Noé pour lui signifier  qu'elle a trouvé un bout de terre  sèche après le déluge. Pour l'oliveraie de Pag c'est la mouette qui est plus que probablement responsable de  cette plantation exceptionnelle. Les oiseaux ont la capacité d'absorber et de diriger le noyau de l'olive et de le restituer au sol au travers de leur fiente et de fournir les graines capables de générer un arbre. Inutile de planter une olive dans le sol, elle ne fera jamais un arbre.

Comme pour toutes les plantes sauvages c'est l'homme qui va la  domestiquer pour améliorer la qualité et la production car les olives produites sur des oliviers sauvages sont minuscules. Il faut donc greffer avec des variétés domestiquées sur ces arbres sauvages tout comme on greffe la vitis-Vinifera sur des vignes sauvages américaines  pour les rendre résistantes au phylloxéra. On utilise plusieurs greffons par olivier, 

 

Greffe.jpg

 

mais il faut attendre vingt cinq à trente ans car avant cet  âge le feuillage de  l'arbre est systématiquement dévoré par les brebis et les moutons semi-sauvages qui le réduisent  à l'état de  bonsaï qui ne dépareillerait pas dans un jardin japonais. 

 

Olivier-Sauvage-Pousse-1.jpg

 

 

Les premières greffes se feront sur 2000 arbres avec une seule variété, l'obliqua, originaire de Grèce avant de s'étendre progressivement à la totalité de l'oliveraie.   Au fil du temps, des sous- espèces sont apparues et on en dénombre aujourd'hui environ 300. Cette decouverte devrait orienter le débat vers l’utilisation de la sélection massale plutôt que clonale pour accroitre la diversité dans les vignobles et la résistance aux maladies. 

Quand les brebis et les moutons ont prélevé leur dime, les arbres enfin peuvent pousser librement, encore que la pauvreté du sol et le vent connu sur le nom de nom de Boura,  venu des montagnes environnantes et tant redouté des marins, rend la croissance  difficile  et façonne l'arbre qui prend des formes insolites et lunaires au fil des courants d'air qui se faufilent dans l'oliveraie quand il ne fracassent pas tout simplement des branches parfois centenaires. 

 

Dentelle-Oivier-2.jpg

 

Olivier aux formes insanees-6.jpg

 

Degat-Vent-Bura.jpg

 

Si l'olive acquiert toutes les caractéristiques de la variété greffée, le noyau lui reste génétiquement celui de la plante sauvage.   Les greffons se différencient de planes sauvages par une couleur plus claire.

 

Olivier-2000-Ans-greffons-1.jpg 

S'ils pouvaient parler ces oliviers, il aurait beaucoup de choses à nous raconter car ils ont vécu les aléas de l'histoire de cette région au carrefour de  croisements de  civilisations. L'influence romaine et byzantine fut sans doute la plus déterminante. Elle lui   doit son alphabet à caractère latin et sa religion chrétienne  avant son l'absorption par les Slaves au VIIe siècle.  Mais la Dalmatie a aussi subi l'influence vénitienne et l'influence de l'Empire Ottoman entre le XV et le XIXe siècle et dont l'expansion s'est terminée en terre Croate. Ce n'est qu'en 1918 qu'elle sera réunie avec ses voisins Slaves sous domination Serbe avant de tomber sous la férule de Tito sous le nom de Yougoslavie. Cela entrainera la nationalisation des toutes les terres d'une superficie  de plus de cinq hectares. L'oliveraie qui appartenait à une famille noble de l'ile de Rab à quelques encablures de l'ile de Pag deviendra donc une propriété d'état avant qu'elle ne revienne partiellement dans le giron du privée avec l'indépendance de la Croatie en 1991, mais après une guerre dont la violence n’a rien à envier aux nombreux conflits qui ont marqué le XXe    siècle.

C'est en 1836, que les habitants de Pag obtinrent des propriétaires l'autorisation de cultiver l’olive en échange du bois de la taille des arbres car le bois à cette époque avait une valeur beaucoup plus importante que le fruit de l'arbre car sa densité et sa résistance en faisaient  un matériau idoine pour la construction navale et immobilière.

 

 Tous les Oliviers qui sont entourés de murs appartiennent à 84 familles  comprenant 336 personnes, alors que les parcelles non délimitées appartiennent toujours à l'état. Les murs ont plusieurs fonctions. D'abord de protéger les arbres de la Boura mais surtout des montons et des brebis qui malgré leur agilité ne peuvent pas franchir cet obstacle car le mur est surplombé de pierres protubérantes qui les empêchent de franchir l'obstacle et qui les repoussent à terre. 

Mur-Pierre-Surplomb-2.jpg

Alors pour se consoler, sans doute, les moutons et les brebis vont se gratter le dos sur les oliviers non protégés en y déposant souvent des morceaux de laine. 

Laine-Mouton-Olivier.jpg

 

Quand un arbre sauvage nouveau voit le jour, il appartient à la personne propriétaire de l'arbre le plus proche. L'arbre peut éventuellement se  reproduire par marcottage. Une racine sort de terre à quelques mètres ou centimètres pour donner un autre arbre. La gestion de ce patrimoine est à mi-chemin entre une gestion publique et une gestion privée. Les 338 propriétaires ont chacun une voie dans le comité qui les rassemble et la taille de leur exploitation n'entre pas en ligne de compte. Toutes les familles qui vivaient traditionnellement de la pèche se sont  reconverties sans exception autour du tourisme et l'oliveraie est le joyau dans l'écrin que constitue ce petit port de pèche aujourd'hui ensommeillé mais toujours dans son jus. 

 

 

Commentaires

un reportage impresionant, j'aimerais deguster cette huile.........

Écrit par : Antonio | mardi, 07 juillet 2015

Malheureusement, il n'y y une aucune production cet année car des conditions climatiques defavorables (pluies d'été) ont amené des ravageurs qui ont contaminé les olives comme la DrosophilIia Suzukii les raisins.

Écrit par : CLAUDE Gilois | mardi, 07 juillet 2015

Bonjour Olivier et Claude

Superbe rayonnant votre article comme tous bien sur mais là c'est au dela de l'ordinaire et simplement beau

Espérons que ces magnifiques et respectables Oliviers ne souffrent pas
dans l'Avenir de la Bactérie qui contamine la région des Pouilles et , la Corse :
Xylella Fastidiosa (cf: Corse Matin du Samedi 1 Aout 2015 page 6 )

et sa bactérie cousine une sous espèce multiplex identifiée !?

Cette Bactérie s'attaque à l'Olivier , le Chataignier et LA VIGNE ... ainsi qu' à d'autres plantes et arbres ..............

Une catastrophe sanitaire pointe son nez si rien n'est réellement entrepris !
mais ....... quelles son les solutions concrétes , réelles applicables rapidement ?
afin de limiter et circonscrire ce fleau nouveau .

Alphonse

Écrit par : Alphonse | mercredi, 05 août 2015

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu