Avertir le modérateur

dimanche, 19 février 2017

CISEAUX MOLECULAIRES

DU BLÉ, DU MAIS, DU RIZ NON TRANSGENIQUES RESISTANTS AU MILDIOU. A QUAND LA VIGNE ?


Claude Gilois

Dans un article publié le 31 en 2016, je détaillais comment cette technique nouvelle que je qualifiais de révolutionnaire pouvait être appliquée à améliorer la résistance de la vigne. J’ignorais qu’une généticienne chinoise, Gao Caixia travaillait sur la modification du génome du blé, du riz et du mais pour en améliorer leur résistance, ce qui a amené la prestigieuse revue Nature à la sélectionner parmi une dizaine de grandes stars de la science chinoise. Certes, elle ne travaille pas sur des plants de vigne mais son travail a abouti à créer une semence de blé résistante au mildiou. Là, on se rapproche de notre bonne vieille Vitis Vinifera qui est bien à la peine face à un nombre croissant de maladies.  

ciseaux-moleculaire_orig.jpg

Rappel : la découverte d’une quatrième génération d’enzymes appelées CRISPR-Cas9[1] a constitué une véritable rupture dans la modification de la séquence génétique animale et des plantes. La seule chose requise est un ARN guide pour aller chercher sur le génome l’endroit où les modifications doivent être faites. Il est particulièrement facile de générer de l’ARN {2} avec des robots. L‘ARN est reconnue par la protéine Cas9 et elle scanne le génome. Dès que l’ARN guide trouve sa cible sur le génome, Cas9 coupe la molécule d’ADN. On peut alors manipuler le génome à sa guise en enlevant ou en modifiant un gène (mutation ou correction d’une mutation). Cas9 peut aussi intervenir si elle est couplée à la bonne enzyme dans le domaine de l’épigénie [3]. Elle pourra provoquer ainsi l’expression d’un gène ou l’éteindre ou même atténuer ou accroitre son expression.

Lire l'article complet sur cette nouvelle technologie

L’exploit Gao Caixia, et c’est bien le terme qu’il faut employé, n’est pas mince car le blé est bien plus complexe qu’un plant de vigne. En effet, le blé et une plante polyploïde, chacune de ces cellules contient 3 génomes. Il fallait donc, isoler et neutraliser le gène visé dans les 3 génomes. Et cerise sur le gâteau, cette nouvelle variété de blé n’est pas au sens propre du terme transgénique car aucun gène externe n’a été ajouté. Si on effectue un séquençage génétique de la semence modifiée, il y impossible de détecter la modification. Il s’agissait juste dans le cas du blé d’inactiver le gène inhibant de la réponse immunitaire du blé au mildiou. Ce n’est pas diffèrent des mutations naturelles qui sont le lot commun de la vie animale ou végétale sur terre depuis toujours. Encore faudrait-il que la législation Européenne se prononce sur la classification des nouvelles semences obtenues par cette technologie. Soit elle les considère comme des OGMs et leur acceptabilité risque d’être problématique ou elle les classe comme une substance chimique et elles seront soumises au contrôle de REACh {4} de L’Union.

L’Union Européenne, qui devait se prononcer en 2016, ne l’a pas encore fait et s’il faut attendre 25 ans comme pour les perturbateurs endocriniens avant qu’elle donne in avis, on est quitte pour un long vide juridique. Le ministère de l’Agriculture aux Etats-Unis n’a pas considéré que ces plantes ainsi modifiées entraient dans la catégorie des OGMs mais d’autres agences fédérales doivent encore se prononcer. En Chine, où les cultures d’OGMs sont interdites, on attend avec impatience la position que prendront les autorités sur cette technologie qui a propulsé une des ses scientifiques au premier plan de la recherche dans ce domaine.

Le dossier du brevetage de la découverte a aussi avancé d’une manière significative depuis août 2016. Deux brevets pour la paternité de la découverte avaient été soumis aux autorités, l’un par l’université de Berkeley en Californie et l’autre par le prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology), ce denier caracole aujourd’hui en tête suite à une récente décision de justice mais la guerre est loin d’être terminée. On peut cependant terminer sur une note positive car les deux universités ont déclaré que le brevetage ne s’appliquerait pas au monde académique.

1. ‘Clustered Regularly Interspaced Short Palindromic Repeats’ ou Courtes Séquences Palindromiques répétées, groupées et régulièrement espacées. 

2. ARN, Acide ribonucléique: Molécule qui transporte l'information contenue dans le patrimoine génétique (ADN) jusqu'aux ribosomes qui sont chargés de la "traduire" en protéines ayant des fonctions précises

3. Les différentes manières dont les gènes peuvent se manifester sans que la séquence de nucléotides de l' ADN soit affectée

4. Système de contrôle de l’Union Européenne des substances chimiques qui porte sur génotoxicité, toxicité par administration répétée, toxicité pour le développement prénatal, toxicité pour la reproduction, cancérogénicité, toxicité aquatique à long terme, biodégradation et bioaccumulation.

Les commentaires sont fermés.

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu