Avertir le modérateur

lundi, 27 septembre 2010

LU DANS ULYSSE

Interview exclusive de Claude Gilois par Ulysse

>> Visualisez l'article ici

NOS EDITEURS AIMENT LE ROUGE, NOUS AUSSI... ENFIN PEUT ETRE PAS LE MEME !

270920103887.jpg

lundi, 13 septembre 2010

ERRARE HUMANUM EST

Les deux Singes en hiver se plantent

Les deux Singes en hiver se sont pris les pieds dans le tapis à propos du prix qui vient de leur être décerné (prix du Clos de Vougeot, un grand cru de Bourgogne) a propos de leur livre sans prétention, Tour du monde épicurien des vins insolites, chez Arthaud. Pas étonnant diront certains lucides : les singes, ça vit dans les arbres, pas dans des salons où il y a des tapis.

De quoi s’agit-il ? Alors, allons directement au but.

Dans le papier où nous avons annoncé l’honneur qui nous était tombé dessus sans crier garde, pour faire cultiver nous avions affirmé que nos deux prédécesseurs à ce titre étaient Jean-Guy Soumy et Roberto Canuto. On avait à moitié raison, donc moitié tort. Si Robert Canuto nous a précédés en 2009, en revanche, pour ce qui est 2008, nous avons confondu Jean-Guy Soumy avec Jacques Dupont et son Choses bues. L’erreur est humaine et ne mérite pas sanction tant qu’il n’y a pas mort d’homme ou de femme. De toutes les façons, sans barguigner, Claude remettra la tournée les 25 et 26, lors de la remise du prix, aux victimes de la méprise.

L’erreur est d’autant plus humaine que les deux Singes en hiver sont des êtres émotifs. Un rien, par exemple un prix littéraire, les perturbe. Surtout qu’ils s’étaient mis à trinquer à distance, Claude dans son cottage nantais, Ricardo devant le Pacifique.

Erreur reconnue, erreur pardonnée. La prochaine fois, quand on nous remettra le Nobel (Lequel ? peu importe pourvu que ce soit un Nobel), si on se plante sur la liste de nos prédécesseurs qu’on nous renvoie à notre jungle, notre habitat naturel.

PS : Achetez les livres, et surtout lisez-les, des quatre auteurs qui ont été primés avant nous à Clos de Vougeot, et aussi Martin Provost pour son Bifteck avec qui nous partageons la chance d’être lauréat du millésime 2010, une année dont nous souviendrons longtemps. Enfin longtemps, vu nos âges….

A suivre…

LIVRE PRIME DE NOUVEAU !

Le prix du Clos de Vougeot attribué aux deux Singes en hiver !

Le prix du Clos de Vougeot de cette année, destiné à récompenser un ouvrage « sur la vigne, le vin et l’art de vivre », nous a été attribué, à nous, les Deux singes en hiver, Claude Gilois et Ricardo Uztarroz, pour notre livre : Tour du monde épicurien des vins insolites, chez Arthaud.

Il sera remis à Claude durant la fête qui se tiendra les 25 et 26 septembre lors de la prestigieuse fête du livre qu’accueille le château éponyme qui surplombe ce vignoble de 50 hectares, le plus grand de Bourgogne, mondialement connu pour l’excellence de son vin (précision inutile pour les connaisseurs).

L’autre Singe co-auteur sera absent pour cause de force majeure et il le regrette infiniment. A ce moment-là, il voguera au large des côtes péruviennes et colombiennes à bord d’un cargo qui le ramènera, peut-être définitivement en France, au terme d’un séjour de plus d’une décennie au pays de l’Inca. Mais il a donné délégation à son acolyte pour qu’il boive à sa place, et sans modération, tous les grands crus qui se présenteront. Oui, pourquoi se modérer quand pareille occasion s’offre inopinément à vous !

Les Deux singes en hiver sont très contents de recevoir ce prix– dire le contraire serait joué les faux modestes, les faux-culs, alors oui, nous le disons sans ambages : nous sommes heureux ! - et annoncent d’ores et déjà qu’ils offrent au jury une tournée générale (n’y voir aucune tentative de corruption, l’attribution du prix ayant précédé la tournée - et dans le monde du vin, on ne peut exprimer sa satisfaction qu’en offrant une tournée). Le jury était composé par Patrick Lebas, Laurent Walspurger, Sébastien Lapaque [1] et André Deyrieux. Nous leur disons tout simplement merci car nous avons écrit ce livre sans la moindre prétention et avons hâte de faire leur connaissance.

Nous voulions seulement partager notre plaisir de parcourir le monde à la recherche de vins inconnus, plaisants et surprenants parfois. Nous sommes partisans d’une littérature joyeuse, sans afféterie, dans la lignée de Cervantes, Rabelais, Montaigne, Blondin, Mac Orlan, Cendras, et sans oublier Dard. La vie est trop courte pour qu’on se torture les méninges et se châtie en se privant de plaisirs simples comme partager une bouteille.

Créé en 2008, le prix était destiné à récompenser un ouvrage de littérature générale qui respirât « la joie de vivre et un certain épicurisme ». L’année suivante, il change de vocation et est réservé à un ouvrage sur l’univers vinicole et l’art de vivre. Les deux premiers lauréats furent en 2008 Jean-Guy Soumy pour son La chair des étoiles, chez Robert Laffont, et en 2009 Robert V. Canuto pour son Un Américain dans les vignes : une ode amoureuse à la France du bien-vivre, chez Michel Lafon. Succéder à ces deux auteurs nous honore. Bon, mais ceux qui connaissent savent qu’il en faut plus pour que nous prenions la grosse tête.

En même temps est décerné un autre prix, le prix du Livre en vignes, lui destiné à un ouvrage de littérature générale. Cette année il est revenu à l’écrivain-cinéaste Martin Provost pour Bifteck, chez Phébus. Voici ce qu’en a dit récemment le Monde littéraire sous la plume de Jean Soublin :

"C'est une tonalité peu fréquente chez les écrivains d'aujourd'hui : la rêverie en pente douce, l'acceptation paisible des choses comme elles viennent, la concentration sur l'amour dans ses versions filiale, charnelle, et finalement divine. A Quimper, André, le fils des bouchers, est convoité par toutes les clientes, il leur fait des enfants illégitimes qu'elles lui apportent sitôt sevrés. Très conscient de son devoir de père, il les élève, puis les emmène dans un voyage en bateau. Il cherche l'Amérique, mais c'est une île féerique et déserte qu'il découvre après une longue errance. Il s'y installe avec les sept enfants. La latitude est imprécise, le climat moite et câlin. On s'habitue aux douces anomalies, aux appels d'une nature attentive et maternelle, on se laisse vivre, on rêve, et puis on se laisse mourir doucement, dans le calme et la plénitude. L'auteur, cinéaste, a réussi cette plongée rafraîchissante dans le merveilleux littéraire."

Fondé la même année que celui qui vient de nous être attribué, ce prix avait pour vocation de récompenser à son origine un ouvrage sur le vin et la vigne en France. Mais l’année suivante les rôles ont été inversés entre les deux prix. Désormais, ce prix concerne la littérature générale. Le premier prix décerné en 2008 est revenu à Jacques Dupont pour son Choses bues, chez Grasset, que nous citons au demeurant dans notre Tour du monde à propos du terroir. L’année suivante il échut à Antoine Laurain pour son Carrefour des nostalgies, chez Le Passage.

Bon avant de conclure, il convient de souligner que le domaine du Clos de Vougeot a été fondé vers l’an 1330 par des moines qui jugèrent opportun d’entourer le vignoble d’un mur. Ce qui en fait sans doute le doyen des domaines de France. A la révolution, il est confisqué comme tous les biens de l’Eglise. Il est acheté par le banquier Gabriel-Julien Ouvrad qui acquiert aussi le romanée-conti. En 1910, il est ravagé par le mildiou. Enfin, en 1920, il est racheté par un député de la Côte-d’Or, Etienne Camuzet. La suite à une prochaine édition…

Comme nous l’annoncions, nous sommes sur le point, dans les semaines qui viennent, d’entamer un second tour du monde en quête de vins extrêmes… Nous tenons secrètes nos destinations d’autant plus facilement que nous ne les avons pas encore fixées. Nous laissons porter par nos humeurs. L’absence de modération et l’improvisation sont nos deux mamelles (oui d’accord, c’est un cliché, mais pourquoi se priverait-on de recourir à des clichés).

A suivre...


[1] Sébastien Lapaque a commis un récit de voyage qui a beaucoup plu au second Singe en hiver : Court voyage équinoxial, chez La petite vermillon. C’est le carnet d’un voyage en Amazonie. Pour quelle raison a-t-il plu au second Singe ? Parce que celui-ci a aussi une fascination ancienne pour la plus vaste forêt de l’univers et qu’il a écrit chez Arthaud : Amazonie mangeuse d’hommes, incroyables aventures dans l’Enfer vert.

 

>>Accéder au site

mercredi, 21 juillet 2010

L'OENOTOURISTE 2010

Prix de l'Oenotouriste de l'année 2010 décerné à Claude Gilois et Ricardo Uztarroz !

Le prix de l'Oenotouriste 2010 du site Winetourisminfrance.com va être décerné à Claude Gilois et Ricardo Uztarroz le 25 Juillet prochain pour le livre : Tour du Monde épicurien des vins insolites.

 

>>Accéder à la critique

mardi, 20 juillet 2010

RVF BLOG

L'oenotouriste de l'année, et si c'était vous ? par Aurélie Labruyère

La nouvelle grande cause dans le monde du vin, on l’aura compris, c’est le TOURISME ! Avec le prix de l’Oenotouriste de l’Année, l’agence Wine Tourisme in France a choisi de récompenser non pas les domaines mais les visiteurs.

 

>>Accéder à l'article complet de la RVF

mardi, 01 juin 2010

REVUE DU VIN DE FRANCE - JUIN 2010

Claude Gilois débarqué de Vins du Monde

Lire l'article de la RVF de Juin 2010 (page 12) :

CLAUDE RVF 001.jpg

lundi, 03 mai 2010

ACTUALITE DU LIVRE

Lu sur toutpourlesfemmes.com

Pourquoi le vin rosé est-il rosé ? Pourquoi fait-on vieillir le vin ? Pourquoi le vin blanc se boit il plus frais que le rouge ? Pourquoi doit-on préférer la flûte à la coupe pour boire du champagne ? Pourquoi ajoute-on du soufre au vin ? Pourquoi le mildiou peut il être fatal à la bonne santé de la vigne ? Ce livre pourrait s'appeler « le livre des pourquoi du vin » ; en fait l'ouvrage est un quizz qui pose les questions que tout un chacun se pose sur le vin et la vigne. Le choix, la couleur, le service, l'odeur du vin, la vinification, le vin en cave : voici quelques uns des chapitres abordés sous formes de questions-réponses. Edité par L'Atelier du Vin, l'ouvrage « Pourquoi le vin est il rouge ? » est une mini encyclopédie pour enrichir sa connaissance du vin.

Autre livre, autre manière d'aborder le vin avec « Tour du monde épicurien des vins insolites » aux éditions Arthaud. Un journaliste et un importateur de vins partent bras dessus bras dessous à la découverte des vins moins connus de la planète et nous livrent un roman loufoque où on peut néanmoins apprendre beaucoup sur le vin. Les deux compères partent en Crimée, au Japon, en Thaïlande, en Amérique du Sud, à Cuba et nous dévoilent leurs découvertes épicuriennes avec humour. Aux antipodes d'un discours professoral sur les vins, vous en apprendrez beaucoup sur le raisin. Comme le disent les auteurs dans leur prologue, leur livre est « déconseillé aux ronchons, aux acariâtres et sa lecture conseillée aux gastronomes, aux buveurs et aux femmes afin qu'elles comprennent mieux la psychologie masculine ».

>>Accéder à l'article

 
Toute l'info avec 20minutes.fr, l'actualité en temps réel Toute l'info avec 20minutes.fr : l'actualité en temps réel | tout le sport : analyses, résultats et matchs en direct
high-tech | arts & stars : toute l'actu people | l'actu en images | La une des lecteurs : votre blog fait l'actu